QUI SOMMES-NOUS ?

Nous sommes avant tout des citoyens de Drogenbos ayant pour objectif au sein de l’UF, de faire respecter et promouvoir les droits de la majorité d’habitants francophones au niveau local. L’UF défend également des positions dans différents domaines tels que la sécurité, la mobilité, l’urbanisme, l’action sociale, mais aussi, la santé, l’enseignement, l’environnement, le logement, le bien-être, la jeunesse et les aînés, notamment.

POURQUOI L'UNION ?

L’Union des Francophones de Drogenbos, c’est l’alliance de tous les démocrates francophones. Notre alliance s’emploie au quotidien à développer un projet communal ambitieux basé sur le bon sens, la bonne gouvernance et l’équité pour tous. Les élus et militants de l’UF sont issus des partis francophones et travaillent main dans la main afin d’apporter une aide concrète aux Drogenbossois, la défense de leur identité culturelle ainsi qu’une opposition constructive dans de nombreuses matières.  

UN PROJET COMMUNAL

L’UF promeut un projet communal ambitieux pour Drogenbos, qui  se concrétise notamment par :

  • Une meilleure qualité de vie
  • Un urbanisme cohérent
  • Plus d’espaces verts
  • Une économie locale forte

UNE VISION PRAGMATIQUE

Un projet communal pragmatique, c’est une réponse concrète aux challenges et problèmes que rencontrent nos habitants :

  • Des solutions pour la mobilité
  • Une sécurité renforcée
  • Des voiries en bon état
  • Diminuer les nuisances

DÉFENDRE VOS DROITS

Malgré une forte majorité de francophones, notre identité linguistique est souvent remise en question. Nous devons :

    • Protéger nos droits et acquis
    • Renforcer notre enseignement
    • Développer un centre culturel
    • Renforcer notre tissu associatif

NOS PRINCIPES POLITIQUES

TRANSPARENCE

La démocratie locale ne peut fonctionner que si des impératifs de transparence sont respectés dans les affaires publiques. Or, à Drogenbos, la transparence n’est que trop peu assurée, ne permettant pas aux citoyens de prendre part au débat public. L’UF s’emploie à changer cette situation. 

ÉQUITÉ 

Concrètement, l’égalité de traitement entre les citoyens de Drogenbos, doit devenir une réalité inconditionnelle fixe. Promouvoir l’équité entre les citoyens, c’est apporter une réponse appropriée à chaque besoin, qu’il soit administratif, linguistique, scolaire ou encore culturel. 

BONNE GOUVERNANCE

La bonne gouvernance doit s’appliquer à tous les niveaux de la gestion publique de notre commune. En d’autres termes, la transparence dans la gestion et une gestion responsable “en bon père (ou mère) de famille” doit être au cœur de la gestion communale dans l’intérêt de chaque habitant. 

L'UNION EN QUELQUES DATES CLEFS

2005 – 2006 . FONDATION DE L’UNION DES FRANCOPHONES

Le FDF rejoint par le PS, le MR, le cdH et de facto par ECOLO ont été les initiateurs d’une liste UF à Drogenbos. C’est visiblement ce qu’attendaient les électeurs puisque d’emblée cette liste entre « en force » dans la majorité en décrochant 6 sièges sur 15. L’UF décroche la Présidence du CPAS avec Elisabeth van Gelder , mandat durant lequel elle développe notamment la banque alimentaire de Drogenbos pour faire face à la paupérisation grimpante des habitants de la commune.

Malgré cette percée historique après 39 ans sous la mayorat de Jean Calmeyn et alors que Corinne François décroche presque le mayorat, A. Calmeyn renvoie l’UF dans l’opposition communale et décide de gouverner seul la commune de Drogenbos, persévérant dans ce que d’aucuns qualifient de “gestion féodale” (2000) de la commune. L’Union des Francophones constate dès lors que le parti majoritaire souhaitera diriger sans partage sur la commune de Drogenbos. 

2011 . MASTER-PLAN “CENTRE COMMUNAL” DEVIENT LE “LE MASTER-FIASCO”

En 2011 déjà, l’Union des Francophones dénonce vivement et remet en question la gestion et les dépenses excessives effectuées dans le cadre du “Master-Plan” (destiné au réaménagement du centre) développé par la “Commission Master Plan“qui n’était ni plus ni moins dirigée par Alexis Calmeyn, que la presse francophone qualifie de “Master-Fiasco”.

Malgré les critiques, ce dernier persiste et affirme “il n’y a pas de souci, ça sera peut-être fait d’ici à 2012“. Six ans plus tard (2018) et des milliers d’euros dépensés en bureaux d’études externes et après de nombreuses interpellations au Conseil communal et de pétitions lancées par l’Union des partis francophones, le projet ne rencontre pas de consensus au sein de la population qui ne souhaite pas le “nouveau centre communal” imaginé par la majorité. Pis encore, des habitants de Drogenbos sont priés d’évacuer leur logement et commerce au nom de ce “nouveau centre”, confirmant ainsi la qualification de “Master-Fiasco” de la législature précédente.  

2011 . UNE BOURGMESTRE UF A DROGENBOS ?

Dans 10 communes de la périphérie, les partis francophones se sont unis sous la bannière de l’alliance “Union des Francophones”, notamment en raison de la politique de “flamandisation” forcée initiée par la NVA et son ministre Geert Bourgeois. Quelques mois avant le scrutin communal de 2012, la presse s’exprime sur le souhait d’une grande partie de la population, “une bourgmestre francophone à Drogenbos ?” au travers de la très populaire Corinne François.

A l’issue du scrutin communal de 2012, l’UF à défaut d’obtenir une majorité des voix de la population, est à nouveau renvoyée dans l’opposition par la liste emmenée par le fils de Jean Calmeyn et poussée par Myriam Claessens, confirmant ainsi les craintes de l’UF qui constate que le pouvoir sans partage de la commune par le “parti de la famille Calmeyn” se confirme.  

2012. CORINNE FRANCOIS DEVIENT ÉCHEVINE D’OPPOSITION 

Corinne François, très populaire à Drogenbos devient Echevine de l’enseignement, des finances ainsi que des affaires juridiques, sociales et de l’informatique, accompagnée par une dynamique équipe de Conseillers communaux UF.

Cette nomination constitue une bonne nouvelle pour les habitants de Drogenbos à la recherche d’un renouvellement politique ainsi que pour les citoyens francophones qui voient régulièrement les facilités linguistiques remises en question par certains partis politiques flamands. Corinne François, échevine d’opposition, constitue la garantie du respect des droits et d’une meilleure gouvernance à Drogenbos.

2014 . L’UF DEMANDE A NAHYD MESKINI DE POURSUIVRE

En 2014, Nahyd Meskini est appelée par l’UF, à l’issue d’un vote à l’unanimité, à reprendre les fonctions de Corinne François, cette dernière fortement sollicitée pour présider l’association des villes et communes de Bruxelles-Capitale (Brulocalis). Elle confie son échevinat à Mlle. Nahyd Meskini qui souhaite approfondir la tâche initiée par Corinne François.

Nahyd Meskini accentue fortement le contrôle sur la gouvernance de la majorité au pouvoir à Drogenbos, ainsi que sur des interpellations et propositions fortes et novatrices qui permettront à la commune de bénéficier du plus ouvert et sain débat démocratique local jamais initié depuis 40 ans. Une nouvelle ère, celle de la transparence, de “l’ambition pour tous” et de l’intérêt pour les préoccupations quotidiennes des habitants, semble s’ouvrir. 

2015-2018. L’UF CONSTATE LA DÉGRADATION DES CONDITIONS DE VIE A DROGENBOS 

Continuant le travail initié depuis 15 ans à Drogenbos, les élus UF se rassemblent en Assemblée générale et constatent, à tous les égards, une grave dégradation des conditions de vie des habitants de Drogenbos et interpellent la population, notamment au travers d’enquêtes (enquête mobilité, enquête sécurité, notamment).

Après plus de 10 ans de gestion “Calmeyn”, tous les indicateurs communaux sont passés au rouge : mobilité et sécurité catastrophiques, multiplication des projets immobiliers d’ampleur, destruction des espaces verts, perte de “l’identité village”, pauvreté et chômage en nette hausse et toujours davantage de politique de “flamandisation à marche forcée” de la commune. Cette politique semblerait être soutenue par la majorité en place, “par défaut” jouant sur les deux tableaux de manière opportuniste. 

Depuis 2006, Ecolo était présent sur la liste l’Union des Francophones (U.F.). Quelques écologistes ont pris la regrettable décision de se retirer pour constituer une liste Ecolo-Groen, reniant ainsi l’essentiel des droits des francophones dans la périphérie. 

INITIATEURS DE L'UNION A DROGENBOS

L’Union des Francophones de Drogenbos fut initiée par des habitants soucieux de voir émerger une voix nouvelle dans le paysage politique local de Drogenbos.

CORINNE FRANÇOIS

Echevine de Drogenbos (2006-2014)
Fondatrice de l’UF de Drogenbos

ELISABETH VAN GELDER

Elue CPAS-OCMW 
Présidente du CPAS de Drogenbos de 2012 à 2014

GREGORY BOEN

Fondateur de l’UF Drgoenbos
Conseiller communal depuis 2006

Vous souhaitez rejoindre l'Union des Francophones ?