décembre 18 2017 0Commentaires

Le « nouveau centre » : un projet discutable, risqué et peu réfléchi. L’UF s’oppose.

 

Selon l’U.F., le projet du « nouveau centre » imaginé par la majorité du Bourgmestre actuellement en place, est un projet discutable, risqué et dangereux à de nombreux égards.

En effet, il revêt plutôt de la mise en place d’un nouveau quartier constitué de 50 nouveaux logements qui n’avantagera nullement nos enfants, adolescents, adultes ou nos seniors. Ceux-ci se retrouveront privés du jour au lendemain de tout lieu de socialisation et de repos au profit d’un projet immobilier d’envergure.

1. Un projet discutable.

Discutable, car le projet du « nouveau centre » pose question quant à l’utilité de bâtir de manière excessive des logements et parkings privés au sein d’une « place communale » qui est censée avoir une vocation publique, de vie et de rencontre des habitants. Les 50 logements prévus pour de nombreux nouveaux foyers vont en effet transformer l’espace public – la plaine de jeux, le parking public, les bâtiments existants – en espace quasi exclusivement privé au vu du nombre d’habitants qui y résideront.

50 logements c’est min. 200 nouveaux habitants au centre !

La seule motivation actuelle de la majorité est de densifier au maximum le moindre espace existant, négligeant de ce fait l’espace de vie et de rencontre que tout être humain se doit de disposer, tout en accentuant ce caractère de ‘commune-dortoir’.

Tel que présenté, la mise en place dudit projet nécessiterait l’expropriation de bâtiments situés juste en face de la commune. D’ailleurs, un budget de 480.000 EUR est alloué pour ces expropriations. Or, d’autres habitants de la Grand’Route, ainsi que ceux de la rue de la Brasserie craignent de devoir subir le même sort dans un avenir proche une fois le projet plus abouti.
Dans le cadre du projet actuel, les membres de l’UF trouvent la pratique d’expropriation assez discutable. En effet, l’article 16 de la Constitution stipule que « nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique, dans les cas et de la manière établis par la loi, et moyennant une juste et préalable indemnité » .

comment justifier des expropriations sans réelle utilité publique ?

Or l’utilité publique est clairement absente dans ce projet de 50 nouveaux logements profitant davantage à la société de construction Van Looy qu’aux Drogenbossois.

2. Un projet risqué.

Risqué, car ce projet de lotissement va accentuer nos problèmes de mobilité avec au mininum près de 110 véhicules supplémentaires par jour ainsi qu’une insuffisance en places de stationnement alors que les problèmes de mobilité ne sont toujours pas réglés, et ce malgré les nombreuses promesses électorales.

l’espace public sera de facto privatisé !

Aussi, le financement de ce projet irraisonnable, partagé entre le « public et le privé » n’a jamais été clairement budgétisé dans son intégralité et nul ne sait dire s’il aura effectivement des conséquences néfastes sur les finances communales, notamment par l’introduction de nouveaux impôts pour le contribuable.

Depuis 2006, l’UF a toujours émis l’ambition de créer un centre communal à dimension humaine profitable pour tous. « Drogenbos+ » a repris notre idée originelle, mais en la détournant de l’intérêt commun. A notre plus grand regret, aucune étude commerciale n’a été établie pour savoir quel type de commerce serait le plus adapté pour notre nouveau centre.

Notons également l’absence de transparence quant aux futurs intermédiaires de la vente et de la location des logements et commerces.

3. Un projet peu réfléchi.

Dangereux et insuffisamment réfléchi, car le terrain du centre est entouré de zones inondables vu la présence d’un cours d’eau à proximité. D’ailleurs, de nombreux habitants qui résident dans la zone de projet sont encore victimes d’inondations et d’infiltrations d’eau dans leurs caves. La construction de 50 nouveaux logements et la pression sur les sols gorgés d’eau ne va qu’exacerber le risque d’inondation chez les riverains.

En avril 2018, devrait être présenté un permis de bâtir que l’UF refusera pour le bien de tous, sauf en cas de modification du projet initial et ce, bien que le projet ait d’ores et déjà été voté par la majorité.

Nahyd MESKINI  | nahyd@ufdrogenbos.be